French (Fr)English (United Kingdom)

Identification

Newsletters







Publicité

L'inefficacités des mesures prises par le gouvernement actuel Print E-mail
Written by jamel mouhli   
Monday, 01 March 2021 10:21
There are no translations available.

https://www.youtube.com/watch?v=sovuMhRsaZs

https://rumble.com/vd782h-le-documentaire-qui-va-faire-du-bruit-le-crime-parfait.html?fbclid=IwAR1H30x-hEMy2ULknP-VyGHuhFyH0PO7HOpVzmxEdTX_jPFlBQp9C2_hLUM

L'inefficacités des mesures prises par le gouvernement actuel

https://www.youtube.com/watch?v=sovuMhRsaZs

La pandémie du COVID-19 a dévasté les systèmes de soins de santé, fermé des écoles et des communautés et plongé le monde dans une récession économique. Alors que 2020 a été une année difficile, 2021 semble être difficile avec l'émergence de multiples variantes du coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2). La course à la vaccination du monde devra répondre à l'évolution constante de l'agent pathogène pour échapper à l'immunité. Qu'est-ce qui marque le chemin vers la fin de cette pandémie?L'année 2020 a vu le développement et les tests réussis des vaccins COVID-19 dans des délais qui n'étaient pas considérés comme possibles auparavant. Deux vaccins à ARNm COVID-19 ont produit les premiers résultats, avec une efficacité impressionnante (94–95%).1, 2Un inconvénient de ces deux vaccins est leurs exigences de stockage à basse température. Bien que d'autres vaccins COVID-19 développés à ce jour qui utilisent des vecteurs viraux, des particules de sous-unités ou des virus inactivés ont des niveaux d'efficacité comparativement inférieurs, avec des estimations de 70% pour ChAdOx1 nCoV-193 et 92% pour Gam-COVID-Vac (Sputnik V)4vaccins vecteurs d'adénovirus, ils n'ont pas les exigences de température de stockage ultra-froides des vaccins à ARNm et sont donc plus faciles à administrer. Les données disponibles à ce jour pour les vaccins COVID-19 ont montré une protection uniquement contre les formes cliniques d'infection, à l'exception des données récentes montrant une réduction de la durée de l'excrétion virale et de la charge virale chez les receveurs du vaccin ChAdOx1 nCoV-19 par rapport aux receveurs du placebo, suggérant également un impact potentiel sur la transmission virale.5

En décembre 2020, une augmentation inattendue des cas de COVID-19 signalés a été attribuée à l'émergence des nouvelles variantes du SARS-CoV-2 501Y.V1 (B.1.1.7) au Royaume-Uni et 501Y.V2 (B.1.351) en Afrique du Sud.6
, 7
En Afrique du Sud, transmission élevée dans un contexte d'immunité élevée de la population8
peut avoir favorisé l'émergence et la propagation ultérieure de la variante. Les deux variantes présentaient une mutation (N501Y) dans le domaine de liaison au récepteur de la protéine de pointe qui contribuerait à une transmission accrue, 9
avec des estimations comprises entre 40% et 70% pour une transmission accrue.6
Le variant 501Y.V2 a deux mutations supplémentaires (E484K et K417N) dans la protéine de pointe qui confèrent une fuite immunitaire potentielle aux anticorps.10
Dans un développement inquiétant, un autre ensemble de mutations (N501Y, E484K et K417T) dans une nouvelle lignée P.1 (501Y.V3) a été identifié à Manaus, Brésil.11
Une question clé est de savoir si les vaccins COVID-19 seront capables de protéger contre l'infection ou la maladie de ces nouvelles variantes du SRAS-CoV-2. Des recherches préliminaires suggèrent que les sérums d'individus immunisés avec les vaccins à ARNm COVID-19 neutralisent un pseudovirion de mutation 501, mais neutralisent un pseudovirion mutant 501-484-417 dans une moindre mesure.12
De plus, les résultats des essais cliniques préliminaires de ChAdOx1 nCoV-19 ont montré une efficacité de 74% au Royaume-Uni3
mais seulement 22% en Afrique du Sud, 13
tandis que le NVX-CoV2373, un vaccin COVID-19 à base de protéines, a montré une efficacité de 89% au Royaume-Uni mais seulement de 49% en Afrique du Sud, où la variante 501Y.V2 prédomine.14
De même, des différences d'efficacité du vaccin aux États-Unis et en Afrique du Sud (72% vs 57%) ont été signalées pour le vaccin Ad26COV2.S COVID-19.15
Plus encourageant, une protection de 85% contre le COVID-19 sévère a été rapportée pour le vaccin Ad26COV2.S en Afrique du Sud, bien que nous ne connaissions pas la précision autour de l'estimation fournie dans le communiqué de presse.16
Si elle est confirmée, une stratégie vaccinale ciblant d'abord les personnes à risque de COVID-19 sévère pourrait donc toujours être efficace même en présence de variants.
L'émergence récente de variantes du SRAS-CoV-2, après une période de stabilité génétique virale relative, est préoccupante car de multiples nouvelles variantes d'échappement pourraient émerger à l'avenir et entraîner un rebond épidémique sévère, comme on l'a vu en Afrique du Sud. Une transmission virale accrue crée de plus grandes opportunités pour l'émergence de variantes du SRAS-CoV-2. Par conséquent, la fin de la pandémie n'est possible que lorsque les vaccins efficaces contre les variantes en circulation sont distribués équitablement à travers le monde. Alors que les pays à revenu élevé se précipitent pour vacciner leurs populations en quelques mois, ils se laissent vulnérables au SRAS-CoV-2 évoluant dans d'autres pays vers une nouvelle lignée contre laquelle les vaccins pourraient ne pas bien protéger. La formulation répétée de nouveaux vaccins peut être nécessaire pour contrôler certaines nouvelles variantes du SRAS-CoV-2. Avec l'augmentation du nombre de reproduction de base de variantes SARS-CoV-2 plus transmissibles, 6
une couverture vaccinale plus élevée sera nécessaire pour obtenir l'immunité du troupeau, et la vaccination des enfants pourrait également être nécessaire pour atteindre cette couverture.
L'émergence de nouvelles variantes du SRAS-CoV-2 nécessite un certain nombre de mesures importantes (panel). Premièrement, moins de nouvelles infections signifie moins de réplication virale, ce qui, à son tour, réduit le risque de nouvelles variantes. Cette situation ne peut être atteinte que par une combinaison d'interventions non pharmaceutiques et d'une intensification des vaccins, les deux étant importants, jusqu'à ce que l'immunité de la population soit atteinte. Viser une stratégie d'élimination du COVID-19 est l'option préférée dans ce contexte.

 

Deuxièmement, pour la surveillance de la circulation des variants du SRAS-CoV-2, le partage d'amorces PCR spécifiques aux variants pourrait aider à surveiller leur propagation, en particulier dans les pays à ressources limitées. En outre, chaque pays devrait inclure le séquençage génomique des variants du SRAS-CoV-2 dans ses plans. Pour les pays à ressources limitées, le soutien de l'OMS, des Centres africains de contrôle et de prévention des maladies et d'autres institutions partenaires sera nécessaire pour aider à développer l'expertise et les capacités ainsi qu'à renforcer les systèmes de santé. Toutes les séquences génétiques doivent être publiées sur des plateformes internationales telles que GISAID pour des analyses partagées. Les infections chez les personnes qui ont été précédemment infectées ou vaccinées doivent être soigneusement examinées pour les variantes de fuite. Troisièmement, un référentiel central d'échantillons de sérums et de cellules provenant d'individus ayant déjà subi une infection ou une immunisation antérieure avec les vaccins COVID-19 disponibles devrait être créé pour la séroneutralisation et les tests fonctionnels d'immunité cellulaire contre les variants nouvellement découverts. Ce référentiel pourrait publier des avis réguliers pour fournir des conseils sur un ensemble minimum d'épitopes à inclure dans les nouveaux vaccins COVID-19. Quatrièmement, la production de vaccins COVID-19 doit être réactive et adaptée aux nouvelles lignées émergentes. Cette flexibilité sera probablement plus facile à réaliser avec les nouvelles technologies vaccinales COVID-19 actuellement déployées et basées sur des acides nucléiques (vaccins à ARNm ou vaccins à vecteur viral) .17 Enfin, les vaccins doivent être disponibles, abordables et accessibles à l'échelle mondiale. Plusieurs pays à revenu élevé ont acheté des doses de vaccin, parfois près de neuf doses par personne, 18 tandis que l'OMS a appelé à une plus grande équité et un soutien plus fort à l'initiative COVAX et à son mandat d'accès équitable aux vaccins, en particulier pour les pays à ressources limitées. Il convient de noter une initiative de l'Union africaine visant à acheter et distribuer indépendamment des vaccins COVID-19 aux pays du continent pour compléter le programme COVAX19. La question de savoir si l’administration du vaccin doit être priorisée dans les pays à forte prévalence du SRAS-CoV-2 et à transmission continue - par exemple, l’Afrique du Sud, le Brésil, le Mexique ou l’Inde - pour empêcher l’émergence de nouvelles variantes doit être envisagée. Cette pandémie rappelle aux pays à revenu élevé que les maladies infectieuses ont un impact considérable sur les économies et les vies, et que le développement rapide et la mise en œuvre de vaccins efficaces contre ces maladies doivent rester des priorités à l'échelle mondiale. La coopération mondiale pour garantir l'équité et la réactivité aux contextes locaux est essentielle sur le chemin difficile à parcourir pour mettre fin à la pandémie du COVID-19. AF et BL sont membres du Conseil Scientifique Français du COVID-19. AF, BA et MPK sont membres du Comité français de stratégie vaccinale contre le COVID-19. MPK est président du comité français des vaccins COVID-19 et président du groupe de produits indépendant COVAX. SSAK est coprésident du Comité consultatif ministériel sud-africain sur le COVID-19. DS est membre du Scottish COVID-19 Advisory Group et du UK Cabinet Office COVID-19 Advisory Group. Nous ne déclarons aucun autre intérêt concurrent.

non aux pass sanitaire

 

 

Partager cet article

Last Updated ( Tuesday, 02 March 2021 01:08 )